Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 05:05





Cette couverture représente les yeux d'un jeune enfant qui semblent s'effacer dans le noir.


Premièrement, l'enfant représente l'identité de Magnus, sa quête, ce qu'il recherche. J'ai choisi de représenter particulièrement les yeux car au fil du récit Magnus va développer une mémoire visuelle extraordinaire, de plus il va avoir des flashs d'images de son enfance, comme par exemple à Comala il va voir sa mère brûlée vive. L'image est en noir et blanc pour montrer qu'elle appartient au passé du héros.


Deuxièmement, le fond noir dénote le vide, l'amnésie du héros et l'image de l'enfant semble s'effriter, tomber en miettes dans le néant qui l'entoure (comme son identité qui disparaît peu à peu, par exemple son nom).


Finalement le titre écrit en rouge (ainsi que le nom de l'auteur) contraste avec le noir du fond et rappelle l'attirance de Magnus pour les couleurs vives ainsi que l'incendie qu'il a vécu à Hambourg.

Partager cet article

Repost 0
Published by Klervie - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article

commentaires

Accueil

Ce blog est un espace de lecture, d'écriture, de création,
autour des romans ayant obtenu le Prix Goncourt des Lycéens ces dernières années.

Il est l'oeuvre des élèves de différentes classes de l'Académie de Rennes
engagés dans l'étude d'un roman d'aujourd'hui :

http://blogs.mollat.com/litterature/files/sylvie-germain.jpg
SYLVIE GERMAIN, Magnus
(Prix Goncourt des Lycéens 2005)



LEONORA MIANO, Contours du jour qui vient
(Prix Goncourt des Lycéens 2006)


PHILIPPE CLAUDEL,
Le rapport de Brodeck
(Prix Goncourt des Lycéens 2007)

Liens