Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 14:50



S'il y avait une nouvelle couverture à créer pour Magnus de Sylvie Germain, un point d'interrogation se rapporterait bien à l'ensemble de l'oeuvre.


            Tout d'abord, tout au long du roman le personnage principal se pose des questions sur lui même, plus précisément ses origines. Par exemple, les interrogations les plus récurrentes sont " Quel est mon pays d'origine ?" ou bien " Qui était cette femme dans mon souvenirs ?". Finalement, les questions que le personnage se pose à lui-même ont une place très importantes durant la totalité du récit.


            De plus, au cours de l'histoire, les apparitions du registre fantastique amènent le lecteur à se questionner sur la nature des éléments racontés ; sont-ils rationnels ou irrationnels ? Ainsi, dans les dernières pages du livre, le fait que les abeilles de frère Jean conduisent Magnus jusqu'à l'habitat du chrétien est sujet au questionnement précédent. En conséquent, le lecteur se pose des questions à lui-même sur le sens de certains évènements.


            Enfin, la fin du roman étant floue, amène le lecteur à se poser, une fois encore, certaines questions. Par exemple, "Où Magnus s'en va-t-il ?», "Qui va-t-il rencontrer ? " ou bien encore "Va-t-il découvrir la vérité sur ses origines?". Par conséquent, même en ayant fini le roman, le lecteur à toujours des questions en tête.


             Au terme de cette réflexion, les questions que se pose Magnus ont une grande place dans l'œuvre. Mais celles qui sont les plus importantes sont celles que le lecteur se pose à lui-même. L'auteur fait, d'ailleurs, en sorte de ne pas y répondre. Ce qui mène le lecteur à trouver la réponse seul.


Partager cet article

Repost 0
Published by Louise - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article

commentaires

Accueil

Ce blog est un espace de lecture, d'écriture, de création,
autour des romans ayant obtenu le Prix Goncourt des Lycéens ces dernières années.

Il est l'oeuvre des élèves de différentes classes de l'Académie de Rennes
engagés dans l'étude d'un roman d'aujourd'hui :

http://blogs.mollat.com/litterature/files/sylvie-germain.jpg
SYLVIE GERMAIN, Magnus
(Prix Goncourt des Lycéens 2005)



LEONORA MIANO, Contours du jour qui vient
(Prix Goncourt des Lycéens 2006)


PHILIPPE CLAUDEL,
Le rapport de Brodeck
(Prix Goncourt des Lycéens 2007)

Liens