Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 04:12









Flash Back de Magnus page 88 :

        J'ai choisi la fin de In the Flesh? et The Thin Ice des Pink Floyd pour illustrer ce passage. Ces 2 chansons s'enchaînent parfaitement avec le son d'un bombardier et les pleurs d'un bébé. Cette suite musicale s'adapte exactement au passage du bombardement. En effet, l'étrange similitude de ces 2 oeuvres est troublante : Sylvie Germain semble avoir dompté sur le papier les percussions de Nick Mason les désignant par " un orchestre fou qui joue dans le ciel, il joue avec des instrument d'acier et de feu". Magnus est encore très jeune quand sa ville natale est bombardée, et les pleurs qui marquent le début de The Thin Ice résonnent en échos aux siens. La voix mélancolique de Roger Waters rappelle le désespoir de tous les habitants de la ville, racontant leur tristesse. Les riffs de David Gilmour paressent leur répondrent, tel les flammes qui déchirent la ville.

        De plus, The Thin Ice (La « fine glace ») est une métaphore de la fragile innocence qui dure tant qu'on ne peut comprendre le monde autour de nous. C'est exactement le cas de l'enfant Magnus, qui ne comprend pas la signification de cette désolation. Elle évoque également les séquelles psychologiques de la guerre, sur les soldats, mais aussi sur la génération suivante, ces enfants qui doivent porter le poids de cette guerre, comme l'indique les vers « Traînant derrière toi les reproches muets d'un million d'yeux larmoyants » (Dragging behind you the silent reproach of a million tear-stained eyes).

         Finalement, ces 2 extraits sont comme la bande son qui se compose mentalement au fil de la lecture de ce passage.

Partager cet article

Repost 0
Published by Barbara - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article

commentaires

Accueil

Ce blog est un espace de lecture, d'écriture, de création,
autour des romans ayant obtenu le Prix Goncourt des Lycéens ces dernières années.

Il est l'oeuvre des élèves de différentes classes de l'Académie de Rennes
engagés dans l'étude d'un roman d'aujourd'hui :

http://blogs.mollat.com/litterature/files/sylvie-germain.jpg
SYLVIE GERMAIN, Magnus
(Prix Goncourt des Lycéens 2005)



LEONORA MIANO, Contours du jour qui vient
(Prix Goncourt des Lycéens 2006)


PHILIPPE CLAUDEL,
Le rapport de Brodeck
(Prix Goncourt des Lycéens 2007)

Liens