Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 05:40

Fragment 15

« Il n’y a pas que l’Histoire […]

beaucoup d’immobilité pour garder l’équilibre »

 

 Musical Death, par Testament





 

       

    Choisir un morceau nommé Musical Death pour un passage où un personnage meurt dans un profond silence peut paraître incongru, mais cette chanson s’adapte bien à l’extrait.

 

            En effet, cette chanson est un instrumental, et comme je viens de le dire ci-dessus, May meurt dans un silence complet. Ce choix de l’auteur n’entrave pas la réception des sentiments. L’émotion qui passe dans les regards de May et Terence est tellement bien décrite que l’absence de mot, murmure ou soupir, en fait un passage magnifique. Il en est de même avec Musical Death. L’émotion que connotent les accords mélancoliques est comparable au regret qu’a May de quitter sa famille, son amant, et sa vie. La simple mélodie composée par Peterson et Skolnick suffit à imaginer les souvenirs communs que cet étrange couple semble mutuellement se compter par le langage visuel.

 

            De plus, la tournure violente que prend le morceau à 2m56 pourrait marquer le passage entre la vie et la mort que May franchit. L’agressivité instrumentale laisse imaginer la mort qui vient chercher May, suivi du retour au calme, tel Térence qui reste seul sur le lit, le visage de sa défunte femme et amie entre ses mains.

 

            En conclusion, ces deux extraits sont émotionnellement proches, par leur absence de parole, leur déchaînement de sentiments et leur impact émotionnel.

Partager cet article

Repost 0
Published by Barbara - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article

commentaires

Accueil

Ce blog est un espace de lecture, d'écriture, de création,
autour des romans ayant obtenu le Prix Goncourt des Lycéens ces dernières années.

Il est l'oeuvre des élèves de différentes classes de l'Académie de Rennes
engagés dans l'étude d'un roman d'aujourd'hui :

http://blogs.mollat.com/litterature/files/sylvie-germain.jpg
SYLVIE GERMAIN, Magnus
(Prix Goncourt des Lycéens 2005)



LEONORA MIANO, Contours du jour qui vient
(Prix Goncourt des Lycéens 2006)


PHILIPPE CLAUDEL,
Le rapport de Brodeck
(Prix Goncourt des Lycéens 2007)

Liens