Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 01:45

INTERVIEW FICTIVE DE SYLVIE GERMAIN



 Bonjour, malgré vos nombreux prix, le prix Goncourt des étudiants 1997 pour Eclats de sel et maintenant Magnus en 2005 pour le pris Goncourt des lycéens, vous restez relativement méconnue du grand public. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?



Vous savez je suis une personne comme tout le monde et rester relativement méconnue n’est pas une chose déplaisante, d’autant que je n’aime pas ce phénomène de surmédiatisation qu’il y a autour de certains écrivains assimilés à des personnes du show-business. Pour commencer je suis née en 1954 à Châteauroux, j’ai fait des études de philosophie avec le  professeur Emmanuel Levinas, j’ai vécu à Prague quelques années, et depuis maintenant douze ans, je vis de nouveau en France...

 

Après plus de vingt ans de carrière, vous sortez aujourd'hui un nouveau roman Magnus. Comment est né ce double personnage de Magnus ? Pourquoi ce nom ?

 

Magnus est un livre auquel j’accorde beaucoup d’importance, j’ai fait beaucoup de recherches pour que ce livre soit ce qu’il est maintenant. Quand mon personnage a eu l’âge de cinq ans, cette idée d’amnésie me vient. Mais tout d’un coup ce petit ours en peluche arrive. Il n’y a pas vraiment de double personnage, ce n’est que plus loin dans le roman que Franz Georg va s'approprier le prénom de son ours. Pourquoi Magnus ? Je ne sais pas, le personnage m’est venu avec son nom, alors va pour Magnus.

 

Pourquoi avoir choisi de faire une grande partie de votre histoire durant la période de l'Allemagne nazie ?

 

J’ai choisi de bâtir une très grande partie de mon roman sur ça, car c’est la jeunesse de mes parents, j’ai identifié beaucoup de mes connaissances à cette histoire sur la seconde guerre mondiale. La plupart de mes amis ont hérité de la seconde guerre mondiale par les histoires de leurs parents, j’ai donc eu envie de situer Magnus dans cette période.


Source-image

 

Y a-t-il une  part autobiographique dans ce roman ?

Non, dans aucun de mes romans, je ne me suis identifié à un de mes personnage. J’ai déjà pris des amis en modèle mais dans le roman, ils sont complètement transformés. J’aime m’inspirer de caractères que j’aime chez mes partenaires. Je pense qu’il y a toujours des éléments personnels qui se faufilent dans mes romans, mais ils sont alors complètement transformés. Mais dans aucun de mes livres, il n’y a une personne qui ressemble comme deux gouttes d’eau à l’original.

 

Merci beaucoup d’avoir répondu à mes questions et nous attendons avec impatience votre nouveau roman.

Je vous remercie vous de vous intéresser à ce que j’écris.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Accueil

Ce blog est un espace de lecture, d'écriture, de création,
autour des romans ayant obtenu le Prix Goncourt des Lycéens ces dernières années.

Il est l'oeuvre des élèves de différentes classes de l'Académie de Rennes
engagés dans l'étude d'un roman d'aujourd'hui :

http://blogs.mollat.com/litterature/files/sylvie-germain.jpg
SYLVIE GERMAIN, Magnus
(Prix Goncourt des Lycéens 2005)



LEONORA MIANO, Contours du jour qui vient
(Prix Goncourt des Lycéens 2006)


PHILIPPE CLAUDEL,
Le rapport de Brodeck
(Prix Goncourt des Lycéens 2007)

Liens