Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 04:00
 

J’ai choisi de dessiner une couverture pour le roman Magnus. Cette couverture représente un homme, son visage est dans l’ombre. Il tient à la main un masque d’ourson. Le fond est noir.


L’homme représente Magnus, le héros. On ne peut pas distinguer son visage car il n’a pas réellement d’identité. Tout au long du récit, il est à la recherche de cette dernière. Il retrouve finalement son prénom, inconsciemment. Ici, un bout de son visage est éclairé, ce qui veut suggérer qu’il connaît une part de lui même (comme par exemple la scène de son enfance à Hambourg, ou son prénom). Le reste est dans la pénombre, ce qui fait penser au trou noir avant ses 5ans, l’obscurité dans laquelle se trouve son esprit. Le fait qu’il ne soit pas totalement dans le noir donne l’impression qu’il pourra un jour s’éclairer entièrement, retrouver la mémoire et mettre au clair ses pensées.


Le masque d’ourson est semblable à l’ourson Magnus décrit dans le livre. Dans le roman, le héros s’identifie à cet ourson  il va même jusqu’à prendre son nom. C’est le seul élément auquel il peut se raccrocher, le seul souvenir qu’il a de son enfance. Le masque représente bien le fait de se cacher derrière une fausse identité, et de ne pas connaître l’identité de celui qui le porte. Ici, on peut voir le dessin de deux manières : soit l’homme s’apprête à mettre le masque, soit il vient de l’enlever. Soit il se résigne à s’appeler Magnus sans en savoir plus de sa vie passée, soit il décide de recommencer à zéro et de ne plus se torturer l’esprit avec tout cela.


Le fond noir représente l’arrière plan de sa vie, très sombre : mensonges, pertes d’êtres aimés, incompréhension…


Sa cravate est rouge, elle donne une touche de vitalité à l’image, comme May ou Peggy donnent de la joie au personnage dans certains fragments de sa vie. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Accueil

Ce blog est un espace de lecture, d'écriture, de création,
autour des romans ayant obtenu le Prix Goncourt des Lycéens ces dernières années.

Il est l'oeuvre des élèves de différentes classes de l'Académie de Rennes
engagés dans l'étude d'un roman d'aujourd'hui :

http://blogs.mollat.com/litterature/files/sylvie-germain.jpg
SYLVIE GERMAIN, Magnus
(Prix Goncourt des Lycéens 2005)



LEONORA MIANO, Contours du jour qui vient
(Prix Goncourt des Lycéens 2006)


PHILIPPE CLAUDEL,
Le rapport de Brodeck
(Prix Goncourt des Lycéens 2007)

Liens