Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 02:57



1- Passage de la page 21 « Le père est... » à la page 23 « …dans sa poitrine. » sur la musique de Norah Jones, Don’t know why.


 

 

Il faut commencer la lecture de ce passage à la 11ème seconde de la chanson.

Il Faudra le lire d’une voix détendue avec un débit assez lent de façon à pouvoir terminer cet extrait a peu près en même temps que la musique.


Pourquoi cette musique ?!

 

Je trouve que Don’t know why se lie merveilleusement bien avec l’extrait où Franz Georg  nous révèle une partie de sa vie qui ne doit pas être si facile à dire. Peut-être aussi que l’histoire me touche personnellement. Les rapports avec mon père sont tels que les siens avec le sien. Et l’émotion ressentie quand je lis les mots de Sylvie Germain est proche de celle que je ressens lorsque j’entends la voix de Norah Jones. 

Et quand je ne me sens pas bien, quand j’éprouve cette même contrariété, j’écoute cette musique. Voilà la raison pour laquelle elle s’adapte parfaitement bien au texte.

 

 

 

 

 

2- Passage de la page 98 ; le texte de W.G Sebald sur la musique de Maximilien Mathevon, Tragédie.

 

 

 

Il faut lire le texte sans laisser aucun sentiment déborder, le lire tel un drame.


Pourquoi cette musique ?!

 

La musique de Mathevon est dramatique, elle annonce une tragédie, et s’adapte parfaitement au passage concerné, puisqu’il s’agit d’un bombardement. Cette musique permet de ressentir toute la tristesse qui se dégage de cet évènement, comme l’annonce officielle à la télévision d’un drame… une cérémonie macabre.

 


3- Passage de la page 151 ; toute la résonance, sur la musique de Edith Piaf, Hymne à l’amour.

 

 

 

Il faut lire le texte avec le ton comme on lirait un conte.


Pourquoi cette musique ?!


La chanson d’Edith Piaf est un Hymne à l’amour, comme son nom l’indique, mais… « Qu’est ce que l’amour ? ».  Je pense connaître en partie la réponse. Et je dirais simplement que l’amour nous permet d’avoir confiance en soi… « Est-ce que je suis jolie? » se demande Peggy Bell.


Pour moi cette chanson est « la » réponse à la question qu’elle se pose.


Et oui, je l’affirme, l’amour nous rend beaux.


Voyez comme je le vois, et vous comprendrez.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article

commentaires

Accueil

Ce blog est un espace de lecture, d'écriture, de création,
autour des romans ayant obtenu le Prix Goncourt des Lycéens ces dernières années.

Il est l'oeuvre des élèves de différentes classes de l'Académie de Rennes
engagés dans l'étude d'un roman d'aujourd'hui :

http://blogs.mollat.com/litterature/files/sylvie-germain.jpg
SYLVIE GERMAIN, Magnus
(Prix Goncourt des Lycéens 2005)



LEONORA MIANO, Contours du jour qui vient
(Prix Goncourt des Lycéens 2006)


PHILIPPE CLAUDEL,
Le rapport de Brodeck
(Prix Goncourt des Lycéens 2007)

Liens