Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 06:51

ON A RETROUVE MAGNUS !


Magnus


Journaliste : Bonjour Magnus, je suis Emma Zaïmer, journaliste pour un magazine littéraire très célèbre. Mon directeur m'a demandé de vous retrouver pour faire un reportage sur vous-même, Magnus, puisque votre histoire nous intéresse énormément. Je vous ai donc cherché durant 4 mois. J'ai beaucoup voyagé et vous voilà enfin, là, devant moi. Accepteriez-vous de répondre à quelques unes de mes questions s'il vous plaît ?

 

Magnus : Tous ces mois passés à me chercher. Quel honneur! Je vous écoute.

 

Journaliste : Tout d'abord comment avez-vous réussi à trouver toute la vérité? Cela me préoccupe beaucoup. Ça n'a pas dû être toujours facile n'est-ce pas ?

 

Magnus : C'est sûr que ça n'a pas toujours été facile. Je n'avais pas grand monde pour m'aider, pas beaucoup d'amis... Mais heureusement que j'ai voyagé et que j'ai rencontré des personnes comme May qui m'ont beaucoup apporté. Grâce à ces personnes, j'ai réappris à vivre. En voyageant, je découvrais petit à petit des pistes qui, mises bout à bout, m'ont permis de trouver la vérité, mon passé. Je pense que ça n'a pas toujours été une bonne idée. Au fur et à mesure que je trouvais mon passé, je perdais des personnes très chères.

 

Journaliste : Et si vous deviez recommencer votre quête, le feriez-vous de la même manière ?

 

Magnus : Certainement mais je n'aurais pas cherché à en savoir plus. Je me serais contenté du minimum : trouver le pourquoi de la mort de mon père, qui n'est pas mort d'ailleurs. En effet je n'aurais pas cherché à recontacter mon père, si l'on peut l'appeler ainsi. Cet homme m'a trahi et il a tué Peggy. Je ne lui pardonnerai jamais.

 

Journaliste : Je comprends très bien. Avez-vous une période de votre vie qui vous a marqué plus qu'une autre ?

 

Magnus : La guerre, oui la guerre, surtout notre fuite. Lorsque j'y repense ça me donne des frissons. Toutes ces atrocités étaient vraiment inimaginables. J'aurais tout fait pour arrêter ce massacre.

 

Journaliste : Bien. Et vos souvenirs sont réapparus en entier ou il vous reste encore des mystères, de grands vides ?

 

Magnus : Je n'ai pas tout récupéré. Dès lors que Peggy est décédée, j'ai décidé d'arrêter mes recherches, de vivre au moment présent. Après tout, le passé restera toujours le passé. Aujourd'hui je ne pourrai le changer.

 

Journaliste : Aujourd'hui vous vivez seul, si je ne me trompe ? Comment vous occupez-vous de vos journées ? Pourquoi cette décision de finir votre vie loin de la civilisation ?

 

Magnus : Je parcours la forêt, écoutant le chant des oiseaux, entouré des animaux. Finalement c'est cette vie qui me plaît. Les villes me rappellent de mauvais souvenirs, je préfère rester au calme.

 

Journaliste : Je vois. Et juste une dernière question. Qu'avez-vous fait de votre petit ourson ?

 

Magnus : Ah ce fameux MAGNUS, je l’ai finalement sauvé des eaux du Trinquelin, il est dans ma grange, à l'abri. Il m'a accompagné tout au long de ma vie. Je ne peux pas le quitter. Il est moi, en réalité. Il me suivra jusqu'au bout.

 

Journaliste : Je vous remercie. Ce fut un honneur. Bonne continuation. Au revoir Magnus.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélanie - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article

commentaires

Accueil

Ce blog est un espace de lecture, d'écriture, de création,
autour des romans ayant obtenu le Prix Goncourt des Lycéens ces dernières années.

Il est l'oeuvre des élèves de différentes classes de l'Académie de Rennes
engagés dans l'étude d'un roman d'aujourd'hui :

http://blogs.mollat.com/litterature/files/sylvie-germain.jpg
SYLVIE GERMAIN, Magnus
(Prix Goncourt des Lycéens 2005)



LEONORA MIANO, Contours du jour qui vient
(Prix Goncourt des Lycéens 2006)


PHILIPPE CLAUDEL,
Le rapport de Brodeck
(Prix Goncourt des Lycéens 2007)

Liens