Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 00:00

Durant ma triste et courte vie, j’ai longuement médité sur Magnus et moi-même. Sa personnalité m’a énormément frappé. Avant de vous raconter l’homme formidable qu’il était tout de même parvenu à devenir, je vais me présenter rapidement :

Peggy Bell, allias Margaret McLane, jeune veuve. Adulte renfermée, triste et un brin heureuse d’avoir rencontré Magnus… Voilà.

Magnus croyait qu’à la mort de « … » ( je ne prononce jamais son nom ), mon silence troublant  était lié à un amour perdu inconsolable. Mais non, il l’ignorait. Je n’aimais plus l’homme auquel j’étais mariée. Je me sentais coupable de sa mort, ce qui m’a tant traumatisée. Maintenant j’en suis certaine, Magnus le savait, de par sa perspicacité ou son intuition.

Faisons un petit «  flash back » lorsque nous étions encore jeunes et  innocents.

Cet être me semblait si curieux du monde féminin, qu’en jour en autre pour l’aborder mais aussi pour voir l’effet que je procurais à un garçon si renfermé, je lui demandais : « Est-ce que je suis jolie ? »

Soudain, sans que je ne pus faire un geste, il m’embrassa. Ce fut un « baiser volé » bien entendu ! Mais plus tard, je méditais à propos de cette étreinte et me posais la question : Ne me plaisait-il pas réellement ?  A partir de là, je vis grandir en lui un sentiment de tendresse et d’affection jamais encore démontré… Car tout  le monde savait qu’il était avare de sentiments, hormis envers son ourson ! Même à l’âge adulte, sa ridicule peluche était « sacrée ». Malheureusement, il resta de lui un côté enfantin…

Mais, je tiens à dire que lorsqu’il fut mon amant, il me combla autant par sa personnalité mystique que par son intérêt pour ses origines, sa passion de la vie tout simplement. On doit se demandait pourquoi nous nous sommes quittés, mais je pense que tous deux, nous voulions oublier, ou du moins ne plus penser à la mort d’un proche. Et par ce fait, il était évident que chacun de son coté, nous devions repartir du fragment 0 …

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Laura - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article

commentaires

Accueil

Ce blog est un espace de lecture, d'écriture, de création,
autour des romans ayant obtenu le Prix Goncourt des Lycéens ces dernières années.

Il est l'oeuvre des élèves de différentes classes de l'Académie de Rennes
engagés dans l'étude d'un roman d'aujourd'hui :

http://blogs.mollat.com/litterature/files/sylvie-germain.jpg
SYLVIE GERMAIN, Magnus
(Prix Goncourt des Lycéens 2005)



LEONORA MIANO, Contours du jour qui vient
(Prix Goncourt des Lycéens 2006)


PHILIPPE CLAUDEL,
Le rapport de Brodeck
(Prix Goncourt des Lycéens 2007)

Liens