Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 08:53

EXTRAIT 1




Le passage où le héros part vers le Mexique sans grande idée en tête, si ce n’est celle de trouver par hasard quelques informations sur son père, me fait penser au refrain d’une chanson de Keny Arkana, qui s’appelle  Je me Barre. Voici le refrain en question : «  Je me barre, Ciao Ciao le foyer je me barre, je m’en vais respirer autre part. » En effet, comme le héros du livre, on a l’impression qu’elle part sans idée en tête, juste pour voir autre chose. Elle dit également dans cette chanson : «  Quitte à galérer ici je m’en vais galérer autre part ». Cette rime me fait également penser au héros, qui n’a pas une vie très rose. Ensuite dans la chanson on trouve : « Vous pouvez appeler les flics, fermer la porte, je passerais par la fenêtre c’est clair j’ai ma liberté qui m’attend juste devant je ne vais pas la faire patienter 1 2 3 Ciao tout le monde ». Cela me rappelle le départ de Clemens Dunkeltal vers le Mexique, afin d’être libre. Il est recherché par la police et dans la chanson elle dit : « vous pouvez appeler les flics … » De plus, Clemens part du jour au lendemain et dans la chanson on retrouve cette idée : « 1 2 3 Ciao tout le monde ». Enfin, l’artiste dit dans son lyrics  « Ou mon cœur me porte je m’en irais » Cette phrase me rappelle le départ du héros en Autriche voir Peggy, de qui il est véritablement tombé amoureux.


 


EXTRAIT 2





La chanson de Louise Attaque Ton invitation
me fait penser au passage dans lequel le héros et Peggy
se disputent violement dans la maison de Peggy.
En effet en voici le début :

 



 « J'ai accepté par erreur ton invitation

J'ai dû me gourer dans l'heure

J'ai dû me planter dans la saison

Tu sais, j'ai confondu avec celle qui sourit pas

Mais celle qui est belle bien entendu

Et qui dit belle dit pour moi

Tu sais j'ai pas toute ma raison

Tu sais, j'ai toujours raison

Tu sais j'suis pas un mec sympa

Et j'merde tout ça tout ça

Tu sais j'ai pas confiance

J'ai pas confiance en moi

Tu sais j'ai pas d'espérance

Et je merde tout ça tout ça…

Si tu veux on parle de toi

Si tu veux on parle de moi

Parlons de ta future vengeance »

Que t’auras toi sur moi … »








  







 J’ai trouvé des ressemblances car la chanson parle d’une erreur, 

et le rendez vous de Peggy et du héros est une erreur de leur part,

il tourne au cauchemar.

Ensuite, le chanteur dit qu’il a confondu avec une autre fille,

comme si le héros du livre avait confondu Peggy avec May.

De plus, le chanteur dit qu’il n’a pas confiance en lui,

et lorsque le héros embrasse Peggy la première fois,

il donne cette impression de ne pas avoir confiance en lui.

Enfin le chanteur répète plusieurs fois : « je merde tout ça tout ça »

Or le héros n’a pas une vie fantastique,

et une nouvelle fois, c’est un tournant de sa vie, pour l’instant négatif

qu’il est en train de vivre à ce moment là

donc il a des raisons de « merder » tout ça.



EXTRAIT 3

 



 La chanson Elle m’a dit de Cali peut s’associer au moment où le héros

lance son ourson Magnus dans l’eau. Voici quelques paroles :






  « Je crois que je ne t'aime plus.

Elle m'a dit ça hier,

Ça a claqué dans l'air


Comme un coup de revolver.

Je crois que je ne t'aime plus.

Elle a jeté ça hier,


 Entre le fromage et le dessert

Comme mon cadavre à la mer. »












 En effet j’ai pensé à cette chanson car le héros se détache de son ourson 

sans véritable raison, tout d’un coup, « entre le fromage et le dessert ».

De plus, le chanteur dit qu’elle a jeté ça comme son cadavre à la mer,

or le héros lance son ourson dans la rivière, donc également dans l’eau.


Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article

commentaires

Accueil

Ce blog est un espace de lecture, d'écriture, de création,
autour des romans ayant obtenu le Prix Goncourt des Lycéens ces dernières années.

Il est l'oeuvre des élèves de différentes classes de l'Académie de Rennes
engagés dans l'étude d'un roman d'aujourd'hui :

http://blogs.mollat.com/litterature/files/sylvie-germain.jpg
SYLVIE GERMAIN, Magnus
(Prix Goncourt des Lycéens 2005)



LEONORA MIANO, Contours du jour qui vient
(Prix Goncourt des Lycéens 2006)


PHILIPPE CLAUDEL,
Le rapport de Brodeck
(Prix Goncourt des Lycéens 2007)

Liens