Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 02:03

ON A RETROUVE MAGNUS !


 

Journaliste-reporter pour le journal Turlupin, je me suis intéressé et interrogé sur le cas de Magnus l'homme trop souvent oublié. Souvenez-vous de ce roman qui a surgi de l'imagination débordante d'une femme dénommée Sylvie Germain qui nous fit réfléchir au plus profond de nos âmes sur notre identité et le sens de nos vies.

 

Après avoir lu et relu cet ouvrage, je me suis aperçu avec stupeur que la clé était là devant nos yeux. Car étant un grand admirateur du cher monsieur « Arsène Lupin » - et au passage je salue bien bas Maurice Leblanc (qui inspirera plus tard beaucoup d'autres écrivains) - j'aime les énigmes et les messages antipathiques à souhait.

 

Tout d'abord j'ai remarqué que ce roman a été écrit d'une main musicale, les mots y ressortent telle une messe de Mozart. Donc j'ai tout de suite conclu que la clef était en Allemagne. De plus, à la fin du roman, le héros écrit son nom dans la poussière, mais il n'en reste qu'un L. Cela m'a paru étrange, alors j'ai pensé à Mozart car étrange coïncidence le père du petit prodige s'appelait «Leopold Mozart » : L est la première lettre de son prénom. « Leopold Mozart » étant né à Augsbourg qui se trouve en Allemagne de nos jours, j'en ai déduit que l'énigme était en Allemagne à Angsbourg, mais ou chercher?

 

Je pris mes bagages et je partis vers cette ville qui me faisait déjà rêver. Durant le voyage j'ai réfléchi encore une fois à cette 2nigme et j'eus l'idée d'aller voir dans la rue Mozart plus exactement au numéro 28(car le père de Mozart est décédé un 28 mai). Quand je suis arrivé devant ce numéro je vis une maison toute simple avec des volets bleus en bois et une petite porte blanche. J'interpelle le voisin et je lui demande s'il sait qui habite ici : il me repond qu'il ne connaissait que le prénom de cet homme « Magnus ». Je sursautai de joie. Mais, ajouta t-il, il est parti en Corse où il venait d'acheter une maison au bord de l'eau. Cet homme fort sympathique me donna même l'adresse de cette nouvelle résidence.Je partis tout de suite pour ce nouveau voyage.

 

 

 

 

 

 

Arrivé à destination, je demandais ma route à quelques locaux fort sympatiques.

 

Je suis enfin devant cette maison. Elle est à la fois simple et jolie. Je m'avance et regarde, l'émotion s'empare de moi. Je frappe, j'attends. Il ouvre et là un passage du roman me revient en mémoire: «Magnus est un homme d'une trentaine d'années, de taille moyenne, aux épaule massives, au visage taillé à la serpe.Il émane de lui une impression de puissance et de lassitude. Ses yeux, brun mordoré virant parfois à l'ambre jaune, sont enfoncés dans l'ombre des orbites, ce qui lui donne un regard singulier, de rêveur en sentinelle. » Un petit peu plus vieux maintenant !

 

 

 

 

 





 

Il accepta de me recevoir dans sa maison qu'il m'autorisa à photographier, en voici quelques clichés !

 

 

 

 




























J'ai retrouvé Magnus!!!

 

Je l'ai interviewé. C'est sur cette table que nous avons beaucoup discuté...

 

 

 

 

 


Moi: Eh bien boujour Magnus je vais vous poser quelques questions auxquelles vous essaierez de répondre le plus honnêtement possible.


Magnus: Bien sûr!


Moi: Alors pour commencer, que ressentez-vous après tous ces pays visités, tous ces gens que vous avez rencontrés et toutes ces aventures qui vous sont arrivées?

 

Magnus: Je dirais que c'est tout simplement ma vie qui s'est déroulée comme cela.


Moi: Oui, une vie quand même agitée (rires)


Magnus: Il est vrai que je n'ai pas eu une vie facile, elle fut assez mouvementée. Mais quand j'y repense, je ne regrette rien, car j'ai beaucoup appris avec toutes les personnes qui m'ont aidé à m'en sortir. D'autres personnes il est vrai ont une vie beaucoup moins difficile mais vivent malheureux. On peut vivre dans le luxe, être riche et malheureux (rires)


Moi: Vous êtes modeste (rires). Reprenons notre sérieux. Que faites vous maintenant dans votre vie ?


Magnus: Je me repose ici en Corse car je trouve le cadre très agréable et je vais vous dire quelque chose, Sylvie Germain m'a donné de l'argent pour m'acheter cette petite maison, c'est pour vous dire comme elle est gentille (rires)


Moi: On en apprend des choses!! Vous m'avez dit tout à l'heure que vous aimiez la pêche et la nature plus particulièrement.


Magnus: Oui, depuis, vous le savez, que j'ai rencontré frère Jean, beaucoup de choses ont changé en moi et maintenant je prête plus d'attention à la nature qui m'entoure, c'est pour cela que j'ai dit à Sylvie Germain que je voulais acheter une maison en Corse. J'aime écouter les chuchotements de la nature, le murmure des feuilles et le chant des oiseaux et regarder la mer onduler tel un serpent géant.


Moi: Une dernière question Magnus : quel sens donnez-vous à la vie?


Magnus: Je pense que la vie est une possibilité pour chaque être humain de s'interroger et de comprendre ce pourquoi il existe, ce pourquoi il peut réfléchir et s'épanouir intellectuellement. Je crois que la vie est faite pour nous donner une raison de mourir tout en sachant que ce que l'on a fait valait la peine qu'on le fasse...


Moi: C'est sur ces bon mots que nous allons finir. Merci beaucoup Magnus de m'avoir accueilli chez vous!


Magnus: C'est moi qui vous remercie.


 

 

 

Je suis resté dormir quelques jours chez Magnus qui me fit rire et pleurer.

 

 

 

 

 

 

 

 

Liens des photos:

Maison et carte: http://www.mapeo.fr/9323,Locations-Corse-Vacances

Magnus premiére photo: http://www.addantibes.com

Magnus deuxième photo: http://www.linternaute.com/mer-voile/magazine/reportage/pecheur-marseille/index.shtml

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mathieu - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article

commentaires

Accueil

Ce blog est un espace de lecture, d'écriture, de création,
autour des romans ayant obtenu le Prix Goncourt des Lycéens ces dernières années.

Il est l'oeuvre des élèves de différentes classes de l'Académie de Rennes
engagés dans l'étude d'un roman d'aujourd'hui :

http://blogs.mollat.com/litterature/files/sylvie-germain.jpg
SYLVIE GERMAIN, Magnus
(Prix Goncourt des Lycéens 2005)



LEONORA MIANO, Contours du jour qui vient
(Prix Goncourt des Lycéens 2006)


PHILIPPE CLAUDEL,
Le rapport de Brodeck
(Prix Goncourt des Lycéens 2007)

Liens