Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 06:19


Magnus vu par Peggy Bell :


         La première fois que j’ai rencontré Magnus, je l’ai trouvé adorable. A ce moment là j’avais 17 et lui 15. Je me sentais supérieur à lui car il m’admirait et je ne voulais pas le croire mais il m’aimait. A cette époque j’étais naïve et lui si sensible. Il attendait tend de moi… La fois suivante où nous nous sommes vus, il avait la trentaine et moi pas beaucoup plus. Il était revenu à Londres car sa bien aimée May est morte. Mais il est aussi revenu pour me voir moi. Or je n’étais pas prête à ce que l’on ait une relation. Il était tellement gentil, il faisait tellement d’efforts pour me voir, il me contemplait et remarquait en moi le moindre détail. Je pense qu’il m’aimait. Cependant je ne pensais toujours pas être prête pour lui. Quelques temps après, je lui ai envoyé une lettre lui disant de venir me rejoindre à Vienne et il est venu. C’est à partir de ce moment là que nous avons vécu ensemble. A chaque minute de chaque heure et de chaque jour il prenait soin de moi, me réconfortait lorsque je n’allais pas bien. Il m’aimait tout simplement et moi aussi…


Francis Bacon



Magnus vu par Clemens Dunkeltal :


         Cet enfant, Magnus, je n’en voulais pas. Je hais les enfants. C’était ma femme qui en voulait un alors elle est allé l’adopté et j’ai accepté. Il ne savait pas se tenir, il était ignoble avec tous les autres enfants, il ne parlait jamais… Tous les jours il me freinait dans mon travail. Je ne voulais pas qu’il découvre ce que je faisais mais au fil du temps il l’a découvert, j’étais un Obersturmführer de la SS. Il a donc fallut que l’on déménage souvent, et je partais souvent de la maison donc je le voyais que très peu ce qui m’arrangeais. Un jour j’ai disparu de la circulation, c’était juste à la fin de la guerre, en 1945. Tout le monde me croyait mort même ma famille. Cependant, un jour, lorsque je me faisais passer pour Walter Dohrlich, j’ai reçu un mot. J’ai tout de suite deviné que c’était « mon fils ». Cette ordure, incapable de rien, qui traine dans les pattes de tout le monde. J’ai essayé en vain de le tuer mais ça a échoué. Ce « fils » que j’ai eu a toujours la vie et il m’a enlevé la mienne…

 

 

 

BMC

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Steven - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article

commentaires

BMC et la Muse 25/08/2009 15:20

Merci d'avoir réatribuer cette peinture à bmc.Bonne journée

Accueil

Ce blog est un espace de lecture, d'écriture, de création,
autour des romans ayant obtenu le Prix Goncourt des Lycéens ces dernières années.

Il est l'oeuvre des élèves de différentes classes de l'Académie de Rennes
engagés dans l'étude d'un roman d'aujourd'hui :

http://blogs.mollat.com/litterature/files/sylvie-germain.jpg
SYLVIE GERMAIN, Magnus
(Prix Goncourt des Lycéens 2005)



LEONORA MIANO, Contours du jour qui vient
(Prix Goncourt des Lycéens 2006)


PHILIPPE CLAUDEL,
Le rapport de Brodeck
(Prix Goncourt des Lycéens 2007)

Liens