Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 02:44

Image : Pauline

 

 

 


L'ourson Magnus raconte sa vie



J'aurais voulu être un animal, ou encore un humain. Mais je ne suis qu'un vulgaire ours, un ours en peluche nommé Magnus. Magnus. Quel drôle de nom n'est-ce pas ? C'est un petit garçon qui me l'a donné lorsqu'il m'a sauvé de cette étagère poussiéreuse. Oui, c'est à ça que se résume mon enfance, à une étagère. Quel bonheur de découvrir enfin les joies d'avoir un ami si différent soit-il, de passer des heures blotti dans ses bras ou encore de le réconforter rien qu'avec un sourire toujours présent sur moi. Je savais que ma vie allait changer. Je le savais mais je ne m'attendais pas à ça, surtout pas.


Quelques années ont passé à présent. Je ne m'ennuie pas une seconde avec cette famille mais depuis quelques temps leur visage s'est crispé et les éclats de rires se sont éteints. La guerre. Ce serait trop égoïste de dire que je suis un ours en peluche et que je ne subis qu'à peine ce désastre causé par l'être humain lui-même, j'aime mon propriétaire et en aucun cas je ne voudrais qu'il lui arrive quelque chose. Hélas, ce n'est pas moi qui décidera des choses... Ce p'tit bonhomme a été séparé de sa mère. Maintenant, j'étais tout ce qu'il lui restait. Fini le confort, fini les calins et bonjour le néant. Qu'allait-il nous arriver ? J'eus bientôt la réponse. Un homme et une femme, les larmes aux yeux, accouraient vers nous et nous sauvèrent des flammes et des bombardements qui avaient causés la perte de la mère. J'étais heureux mais Lionel, mon acheteur pleurait. Il pleura durant des années jusqu'à ce qu'il arrête, je ne sais pourquoi. Je ne comprends pas le langage des hommes, je mémorise les prénoms c'est tout. Il semblait soudain très attaché a sa nouvelle maman et j'avais peur qu'il m'abandonne. Mais c'est l'inverse qui se produit.


Lionel et moi avons quitté Théa pour vivre dans une maison beaucoup plus grande et luxueuse que la précédente. Ma vie me plaisait de plus en plus tandis que le sourire de Lionel s'effaçait de jours en jours, de mois en mois, d'années en années. Je ne comprenais pas pourquoi, j'aurai aimé l'aider ... si j'avais pu.


On voyageait beaucoup lui et moi, il me laissait quelquefois de côté et me changer même d'apparence. Sans doute devenais-je vieux, sale et abîmé, je ne sais pas, je n'ai jamais croisé de mirroir. Enfin, ses yeux se remettaient à briller lorsqu'il rencontra cette si fille. Je l'avoue, j'étais jaloux. J'étais jaloux de tout ce qui entourait Lionel, je le voulais pour moi tout seul. Je ne me rappelle pas comment les humains appellent ce sentiment ... Enfin, de toute façon, au bout d'un moment, je ne la revis plus.


Le temps passait tellement vite, je ne me rendais compte de rien, même pas des retrouvailles avec Peggy. Arrrrrrg !!! voulait-il me rendre malheureux ? N'étais-je pas assez suffisant pour lui ? J'appréhendais l'avenir. Allais-je passer le reste de mes jours dans le noir ? Non, évidemment. Lionel, se rapprocha de moi quelques milliers d'années plus tard. Enfin, c'est ce temps qu'il me semblait s'être écoulé. Nous voyageâmes par ici et par là, enfin seuls parmi la nature. Je m'étais trompé étant jeune. La vie dans la rue était beaucoup plus gaie que je n'aurai pu le croire. On était heureux tous les deux, on s'aimait. Mais la vieillesse me guettait, mon tissu se déchirait. Lionel dut me jeter, et ma longue vie fut brisée.

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article

commentaires

Accueil

Ce blog est un espace de lecture, d'écriture, de création,
autour des romans ayant obtenu le Prix Goncourt des Lycéens ces dernières années.

Il est l'oeuvre des élèves de différentes classes de l'Académie de Rennes
engagés dans l'étude d'un roman d'aujourd'hui :

http://blogs.mollat.com/litterature/files/sylvie-germain.jpg
SYLVIE GERMAIN, Magnus
(Prix Goncourt des Lycéens 2005)



LEONORA MIANO, Contours du jour qui vient
(Prix Goncourt des Lycéens 2006)


PHILIPPE CLAUDEL,
Le rapport de Brodeck
(Prix Goncourt des Lycéens 2007)

Liens