Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 00:44
Création de Pauline



 

Mon objet préféré du livre est un personnage muet et immobile dans sa condition de peluche humanisée. C’est « un ourson de taille moyenne, au pelage assez râpé, marron clair légèrement orangé par endroits. Il émane de lui une discrète odeur de roussi. »


« M grenat, A rose, G violet, N orange, U bleu nuit et S jaune safran. »

 Magnus, qu’il s’appelle, ce personnage chosifié.



Au fil des pages, il est toujours présent sans être là, fantôme récurrent entre les lignes, dont on a l’impression que ses yeux de « renoncules dorées » nous suivent au fil de la lecture. Témoin de l’histoire de son propriétaire, dont Magnus est la clé : dès le commencement de sa vie, ne lui avait-il pas dit, par son odeur de roussi, avant même que le personnage principal ne se questionne sur ces origines, que tous les deux venaient d’une petite ville bombardée en Enfer par l’Homme et sa folie ?


Il est le seul lien et repère fixe pour ce personnage « à la mémoire lacunaire, longtemps plombée de mensonges puis gauchie par le temps, hantée d’incertitudes ».


Mais aussi son reflet, miroir miniature et muet de sa vie, du début à la fin.


Petit bonhomme et petit nounours furent les témoins aveuglés par la démence de l’Homme.
Dont petit bonhomme oublia ces images et ses parents, dont petit nounours conserva pour lui les traces : boucles d’oreilles en « corolle de renoncules » pour la mère et « Magnus » brodé sur le foulard pour peut-être le nom du père.
« Ce fragile peut-être lui tien(dra) lieu de filiation ».
Puis ils restèrent ensembles, le personnage principal et la « pouillerie de Magnus », par les parents imposteurs.
Puis quand la déchéance arriva, la fausse mère mit ses boucles d’oreilles à la place des yeux-bijoux de l’ourson, comme elle l’a fait pour l’enfant, en lui brodant mensongèrement son histoire.
Ce dernier banda ensuite les yeux de l’ourson au moment où lui ne voulait pas voir la vérité ; quand celle-ci s’imposa d’elle-même, les yeux de diamants tachèrent le bandeau : comme des larmes, celle de l’amère réalité qui percuta le personnage principal.
Cette vérité fut trop dure, et il arracha les faux yeux, comme il jeta dans l’oubli ses faux parents terribles.
Et ce personnage aux multiples noms vaporeux prit alors l’identité de la peluche : « qui exige de se faire appeler dorénavant Magnus ». Puis l’ourson vieillit, comme le personnage, toujours présent néanmoins dans ses tribulations, ses nombreux voyages, ses multiples recherches.
Où le personnage deviendra carrément un ours qui « hiberne longtemps », pendant « plusieurs saisons ». Enfin, le doudou tout vieux sera libéré dans un ruisseau du Trinquelin comme le personnage sera libéré de lui-même, de son passé, de son futur.


Voilà, c’est Magnus l’ourson que je préfère.

Mais qui ne serait pas attendri par un nounours pelucheux au

« regard doux et éberlué »
?

 

 


Repost 0
Published by Fiona - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 00:00
Notule


   Magnus est un ourson de taille moyenne, au pelage assez râpé, marron clair légèrement orangé par endroits. Il émane de lui une discrète odeur de roussi.
   Ses oreilles ont été confectionnées dans un morceau de cuir souple où l'on a découpé deux larges rondelles. De la châtaigne, elles ont la teinte brune rougeâtre, l'aspect lisse et luisant. L'une est intacte, l'autre à moitié grignotée par une brûlure. Un ovale taillé dans le même morceau de cuir orne l'extrémité de chacune de ses pattes. Son museau est constitué de brins de laine noire cousus serré, en forme de boule.
   Ses yeux sont singuliers, ils ont la forme et le doré luisant de la corolle de renoncules, ce qui lui donne un regard doux et éberlué.
   Il porte enroulé autour du cou un carré de coton brodé à son nom en grosse letres bariolées. M grenat, A rose, G violet, N orange, U bleu nuit et S jaune safran. Mais ces lettres ont perdu de leur éclat, les fils sont encrassés et le coton a jauni.




J'ai beaucoup aimé cette notule car ici, Sylvie Germain réalise une magnifique description de ce petit être qu'est Magnus. Elle prend vraiment soin de décrire avec amour un bête morceau de coton recouvert de tissus et de cuir.
Ce passage a un côté très enchanteur car il nous fait retomber en enfance avec la description de nos compagnons en peluche, mais il a également un côté poétique, l'art de poétiser un objet banal, comme le fait si bien Francis Ponge ...
Repost 0
Published by Marine - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 00:37


Source image

 

 

 

 


Mon personnage préféré est le moinillon de la fin du livre,

celui qui va apporter la paix au personnage principal.


« Frère Jean »,

« vieille femme »,

« homme enchanté »,

« vieux fouineur »,

« encombrant dévot de la Vierge »,

« moine clownesque »,

« vieux gamin en fuite perpétuelle »,

« Blaise Mauperthuis », comme vous voulez.


J’adore l’apparence et le caractère du personnage,

que Magnus d’ailleurs prendra d’abord pour une vieille dame,

mais qui est en fait un vieux monsieur,

et finalement, un paradoxe sur pattes : confère l’oxymore

« très vieux nourrisson ».


Vieux bonhomme enjoué, petit et menu, « loufoque et loquace », au « visage fripé et certainement édenté », s’occupant de « ruches à l’ancienne » plantées au milieu d’une clairière où sifflent et chantent les arbres, au chapeau de paille d‘où sortent en manèges et ritournelles bourdonnants des abeilles apprivoisées, robe élimée « de bure terreuse », d’une démarche « leste » malgré son grand âge, aussi alerte qu’un enfant et qui « s’en va en trottinant, un grésil doré tournoyant autour de son chapeau ».



Et qui a inventé "NOTRE DAME DU VIDE".



« Un farfadet qui court les bois en jouant avec les abeilles,

et qui folâtre avec des mots enluminés

comme les pages d’un antique missel ».

 


Repost 0
Published by Fiona - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 10:34

P
ages
42 - 43


A travers ces pages, Sylvie Germain nous raconte et nous décrit un merveilleux passage d'arc-en-ciel frémissant : l'enfant Franz-Georg ressent une sensation à la fois douce et pimentée, intense, lorsqu'il aperçoit une irruption de couleurs.


Ce passage était mon préféré. J'ai été frappée par tous les détails décrivant ce que ressent l'enfant. Des détails si justes et si précis. L'idée même d'imaginer un enfant connaître cette sensation grâce à un éclatant flot coloré m'a fasciné. Les mots que l'auteur a choisis me donnent l 'impression d'une douce irruption. La structure, le tempo, la musique du lexique... L'écriture toute entière me paraissait semblable à la sensation qu'éprouve le futur Magnus.

D'ailleurs, cette étonnante anecdote m'a fait penser à un dessin réalisé par Yellow-Pig :

Une jeune femme aux " couleurs intenses et stridentes ", entourée de petits papillons colorés me rappelant les robes de Peggy Bell et elle-même, la reine des rêves adolescents de Magnus.




"Ces coulées de couleurs cinglantes qui le jettent dans un trouble qu'il redoute autant qu'il espère."


Blog de Yellow-Pig, que je vous conseille asbolument (:
Repost 0
Published by Claire - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 00:27



Pages 88 et ses suivantes, voilà mon épisode préféré…

Enfin, « préféré » c’est vite dit, parce qu’il n’y a rien que je j’aime dedans, je le déteste même. Et pourtant, c’est celui-ci qui reste gravé dans mon esprit. , la chaleur suffocante du désert mexicain qui rappelle au personnage principal celle atroce de ses premières années de vie. L’horreur du bombardement de sa ville, où périssent sa mère et sa mémoire.


« Il entend le mugissement d’un orgue colossal, d’assourdissant coups de cymbales, le vrombissement de millions de tambours. Un orchestre fou joue dans le ciel, il joue avec des instruments d’acier, de feu. Son tumulte s’engouffre jusque dessous la terre, qui tremble et hurle. »

D’abord le champ lexical de la musique, l’Art, puis petit à petit, l’horreur monstrueuse, l’art de détruire, par l’Homme.

« Il voit des torsades d’un jaune cru, des coulées vermeilles, des éclaboussures d’un oranges aveuglant tomber du ciel, lacérer la nuit. Une orgie de couleur à la fois visqueuses et limpides. De gigantesques crachats d’or et d’écarlate pour couronner la ville défunte. »

Ensuite le champ lexical des couleurs, un gigantesque tableau de massacre peint par la guerre, avec au milieu du vomi de couleurs, un petit garçon de cinq ans.

« Mais ses pleurs cessent d’un coup quand il voit la femme qui lui tenait la main se mettre à valser dans la boue, les gravats, avec un gros oiseau de feu accroché à ses reins. Le rapace déploie ses ailes lumineuses et en enveloppe la femme, des cheveux aux talons. »

Enfin, une image terrifiante, frappante et fulgurante, la métaphore filée de la mère qui brûle par l’aigle du Reich dans sa déchéance ou l’aigle de la Royal Air Force dans sa victoire.

Et l’explication rationnelle suivante, dans un « Notule », expliquant les faits : « Au cœur de l’été 1943 (…) Royal Air Force (…) effectua une série de raids sur Hambourg. (…) but de l’opération (…) anéantir la ville en la réduisant entièrement en cendres (…) dix milles tonnes de bombes explosives et incendiaires. » est peut-être encore plus terrifiante.

Les images sont d’une netteté telle frisant l’insoutenable que l’on se croirait dans la ville anéantie, et pourtant elles sont englobées dans un voile d’imaginaire, peut-être dans l’esprit de l’enfant totalement perdu. Parce que c’est ça, dans « Magnus » qui est le plus frappant. Dans beaucoup de pages, on oscille entre conte et réel, on vacille entre rêve et réalité. Arriver à mettre de la poésie et du fabuleux sur le hachoir de l’Histoire, pour peut-être arriver à s’en extirper, c’est peut-être ça, Sylvie Germain.
Repost 0
Published by Fiona - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 10:20
PHRASES

On ne liquide pas d'un coup...

 

...sa honte et ses remords.

 

Je trouve cette phrase terrifiante et en même temps si vraie...La culpabilité que ressent Magnus, ici, est sans doute le sentiment du livre qui m'aura le plus frappé car pour moi c'est la sensation la plus dure que l'on puisse ressentir et la plus difficile à vaincre. 

 

JULIA

 

 

--------------------------------------------------------------------------------------------

 

" Elle le remet au monde,

par la seule magie de la parole

(Sandrine)

 


-----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

_"L'heure est au futur, nullement au passé et à ses fantômes."_

AVRIL

 

----------------------------------------------------

 


" Je m'ennuie avec toi, je m'ennuie à mourir.

Je ne t'aime pas. Je ne t'ai jamais aimé et jamais ne t'aimerai.

Je n'aime rien de toi, ni ta voix, ni ton corps, ni ta peau ni ton odeur.

Tout en toi me dégoûte et m'insupporte. je voudrais te voir disparaître.

mais cela ne suffirait pas encore, je voudrais ne t'avoir jamais connu.

Jamais. "

 

(Adriana)

 

 

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------


" I have a dream. "

 

 

« Les rêves sont faits pour entrer dans la réalité,
en s'y engouffrant avec brutalité, si besoin est.
Il sont faits pour y réinsuffler
de l'énergie, de la lumière, de l'inédit,
quand elle s'embourbe
dans la médiocrité, dans la laideur et la bêtise.
»


LUCIE - MELINE


 

---------------------------------------------------

 

 

 

 

Le don de Dieu!

Mais c'est celui de la vie,

que veut Magnus,

que ce don soit rendu

à celles et ceux qui en ont été volés.

MARION

 

 

 


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

magnus ferme les yeux,

il laisse may lui annoncer sa mort par ce contact,

lui dire adieu dans un frôlement.


BORIS

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

 

 

Magnus parle à Magnus,

sans un mot, sans un son, sans un sens.

Ici commence l'histoire d'un homme qui ...


LAURA

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

  "L'imaginaire est l'amant nocturne de la réalité"

 

(Sophie)

 


Repost 0
Published by Collectif Brest - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 10:13
MOTS

Mémoire - Quête - Amour - Liberté – Fin

 errance mémoire souffrance solitaire        
faucheur

Inconscience   . . .   Décantation   . . .   Insouciance   . . .   Collision   . . .   Tunnel

Souvenirs 
Passé 
Déchirure 
Enfance
Famille

. Polyphonie . Cicatrice . Esprit . Puzzle . Phénix .

      Souffrance
                                 
                                                   
Nazisme

                                                         
Identité
                                                         
                                                                                             
Trahison

Mensonges _ Adoption _ Histoire _ Passé _ Recherche.

Amer - Chaud - Vertiges - Echos - é c l a t s

Comala.

Mémoire.             

Enfance.

Peur.

Refrain.

Enfance - Mémoire - Déception - Perte Destruction



AMOUR  - CHAGRIN - DESTIN - ENFANCE - SOUVENIRS 

Repost 0
Published by Collectif Brest - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 05:11




J’ai décidé de faire mon autoportrait en me chosifiant. Et j’ai choisi mon bracelet.


Parce que c’est moi, parce qu’il me ressemble, parce qu’il m’a été offert par ma maman au Guatemala, parce que j’y porte un grand attachement… parce que tout simplement, il représente peut-être encore ce cordon ombilical qui me lie à Elle.


Je ne l’ôte jamais.


Certaines personnes se font tatouer, moi, je me suis fait empoigner.


Je suis ce bracelet.


J’ai été fabriqué par un Guatémaltèque. Je suis rouge, noir, jaune et vert. J’ai une face plane surmontée de deux vagues.


Je suis à la fois simple et sophistiqué. Mon relief intrigue même si je ne suis encore qu’un petit bracelet.


Mes couleurs sont celles de la Jamaïque. Le pays de Bob Marley, le pays de toutes les utopies chères aux adolescents que je suis. Je suis un utopiste. Peu importe le style de musique que j’écoute… « Reggae and Drug »… Quelle bonne blague ! Mais quelle réalité ! Peut-être la mienne. Qui sait ?


Je suis ce bracelet rouge, noir, jaune et vert… plus qu’un emblème, plus qu’une mode rastafari, je suis le représentant tout simplement de l’idée que l’on se fait de la jeunesse de nos jours et je me conçois ainsi… fataliste mais réaliste.


Revenons à la réalité.


Je m’appelle Nicolas Mahé. Ce bracelet m’appartient. Il  vit toutes mes émotions, au contact de ma peau, de ma sueur ; il est directement relié à mon Moi intérieur.


Ce bracelet en sait parfois plus sur moi que moi-même…


Quand je ne me sens pas bien, que je suis anxieux, je frotte cette petite boule noire qui n’est en fait que le nœud de celui-ci.


 

 

Repost 0
Published by Nicolas - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 05:57

«  Magnus voudrait se lever, mais il n'y parvient pas. Il se sent cloué au sol par une douleur qui brûle dans sa hanche. Il appelle Peggy, recroquevillé dans le caniveau. Il se traîne jusqu'à  elle en rampant. Des gens sortent de l'immeuble et accourent vers eux, il ne distingue que des pieds autour de lui, au loin retentit une sirène de police, ou d'ambulance. Il tend la main vers Peggy, touche ses cheveux. Ils sont mouillés et rougissent le bout de ses doigts. Des voix parlent au-dessus de lui, mais il ne comprend pas ce qu'elles disent, il n'écoute que le souffle chuintant de Peggy. Leurs visages sont tout proches. «  Tim ?... » murmure-t-elle ; son ton est à la fois plaintif et interrogatif. »


 

Fragment 24 de Magnus

 

Chanson choisie pour ce passage :


How Could This Happen to me de Simple plan

 

Je trouve que cette chanson est adapté au passage. En effet, le passage en lui même est très émouvant car nous découvrons en même temps que Magnus la gravité de l'accident. La chanson est aussi très touchante, elle parle d'un accident, elle aussi mais simplement la mélodie peut attirer les larmes alors quand on y ajoute les paroles... Par exemple, si je traduis la chanson, cela donne : « Je ne peux pas supporter la douleur , Je ne peux pas la faire disparaître » , ce qui correspond au début du passage. Finalement, si on lit ces quelques phrases avec ce fond de musique, l'émotion est accentué et la force des mots devient plus grande.

 

 

 

 

 


 

«  Quelque chose entre lui et ce lien, entre lui et ce moment en marge du temps. Et ce qui conspire en lui ébranle sa mémoire, la désamarre et peu à peu la fait tourner, puis le tournoiement s'accélère.

Des milliers d'images filent à rebours devant ses yeux, comme un mourant voit fulgurer tout son passé.

 

La chaleur est intense, il marche depuis des heures. Son ombre s'est rétrécie, condensée - une flaque noire au bout de ses chaussures. Il n'a pas dormi, rien mangé depuis la veille, ses forces le lâchent d'un coup. Il s'assied au bord d'un champ, sur un talus pelé. Le soleil tape aussi dru qu'il est haut perché. Il s'allonge sur le sol, pris de vertige.

[ … ] Mais non, l'espagnol n'est pas la langue de cette terre, elle n'est pas originelle, elle est venue s'y plaquer il y a juste une poignée de siècles, par la violence des armes. Une langue plus ancienne gémit sous les pierres, la poussière. La langue des vaincus, demeurée coriace, rebelle.

[ … ]

[ … ] Chant d'ivresse, de désolation et de pugnacité. Chant des vivants bêtes et hommes. »


Fragment 11 de Magnus


Morceau choisi : Adiemus

 

Je trouve que cette musique correspond à ce passage. En effet, le rythme, en fond, me fait penser à un rythme de pas, après des heures de marche, où l'on sent le difficulté du mouvement avec tant de fatigue. Le chant me fait penser à ces voix qui le poussent à accomplir ces actes. De plus, les chants sont en langue ancienne ce qui donne cette impression que des âmes le suivent. Ces voix de femmes donnent une sensation d'espoir malgré de réelle tristesse. Quand plus tard, il y a le solo de la flûte, on peut penser qu'elle guide Magnus. En conclusion, cette chanson vient accompagner Magnus dans sa solitude.

 

 


 

 


Repost 0
Published by Romane - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 01:55


Pour ce roman, j'ai choisi une couverture très complète qui me semble être convenable. Au centre, le personnage en noir et blanc au visage flou marqué d'un point d'interrogation renvoie au héros, Magnus. En effet, dans le roman, Magnus ne connaît pas réellement son identité et la cherche, se pose des questions tout au long de l'histoire. Ce portrait est doté d'un coeur sur quoi on porte l'attention tout de suite grâce à sa seule couleur rouge qui connote la passion, le désir, l'amour, la seule couleur présente sur cette couverture. J'ai décidé de placer ce coeur car l'amour est présent dans presque chaque pages du livre notamment l'amour que porte le personnage principal envers sa mère, Peggy, son ourson et bien d'autres personnes encore, ce qui m'a beaucoup touchée. Il semblerait que ce sentiment soit ce que désire le personnage avant toute autre chose, même avant de savoir qui il est vraiment. Enfin, le fond fait penser évidemment à la guerre présente dans l'histoire mais aussi à la vie de Magnus qui est un vrai chaos. Pour conclure, les sentiments que ce livre expose sont l'amour et le désordre, deux sentiments tout à fait opposés.

 

 

 

Sources de l'image :

 

Portait et oreilles d'ours par Juliette H.. Modèle : Morgann H.

Champs de bataille : http://www.passioncompassion1418.com/decouvertes/ImagesDecouvertes/abrieffondre.jpg

Coeur : http://www.lilela.net/wp-content/uploads/coeur.jpg

 

Repost 0
Published by Juliette - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article

Accueil

Ce blog est un espace de lecture, d'écriture, de création,
autour des romans ayant obtenu le Prix Goncourt des Lycéens ces dernières années.

Il est l'oeuvre des élèves de différentes classes de l'Académie de Rennes
engagés dans l'étude d'un roman d'aujourd'hui :

http://blogs.mollat.com/litterature/files/sylvie-germain.jpg
SYLVIE GERMAIN, Magnus
(Prix Goncourt des Lycéens 2005)



LEONORA MIANO, Contours du jour qui vient
(Prix Goncourt des Lycéens 2006)


PHILIPPE CLAUDEL,
Le rapport de Brodeck
(Prix Goncourt des Lycéens 2007)

Liens