Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 01:20

 

Je trouve cette proposition de couverture pertinente. En effet, elle est composée d’un ourson, objet important de l’histoire car c’est la seule chose dont le héros garde de son passé, d’un homme lisant un livre (étape importante dans le roman), d’une carte du monde symbolisant les nombreux voyages de Magnus, d’un puzzle en fond représentant sa vie et des couleurs noire, blanche et grise montrant la tristesse de la vie du héros. Ainsi, l’ourson occupe une place importante dans le roman car il est présent dans chaque scène, aussi bien quand le héros est enfant que adulte (par exemple, on le retrouve quand il quitte sa mère adoptive lors de la déroute de l’Allemagne, mais aussi lors du repas en tête à tête avec Peggy). Quant à l’homme lisant un livre, cela symbolise la lecture du livre prêté par May à Magnus, qui est une mise en abyme de sa vie, car le roman raconte l’histoire d’un homme qui est sur les traces de son père, tout comme lui. De plus, la carte du monde est symbolique des nombreux voyages qu’effectue le héros dans le roman, tel que les Etats-Unis, l’Autriche, l’Angleterre, etc. En outre, le puzzle en fond de couverture fait référence d’une part à la vie de Magnus, qui est en « morceau » qu’il doit retrouver pour reconstituer et d’autre part, l’écriture du roman sous forme de fragment. L’utilisation des couleurs noire, blanche et grise symbolisent la tristesse de la vie de Magnus, car il lui arrive plusieurs mésaventures, voire malheurs, comme la connaissance de son véritable passé et les pertes successives de ses amours, May et Peggy. Par conséquent, cette proposition de couverture est particulièrement adaptée pour le roman de Sylvie Germain.


Partager cet article

Repost 0
Published by Florian P - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article

commentaires

Accueil

Ce blog est un espace de lecture, d'écriture, de création,
autour des romans ayant obtenu le Prix Goncourt des Lycéens ces dernières années.

Il est l'oeuvre des élèves de différentes classes de l'Académie de Rennes
engagés dans l'étude d'un roman d'aujourd'hui :

http://blogs.mollat.com/litterature/files/sylvie-germain.jpg
SYLVIE GERMAIN, Magnus
(Prix Goncourt des Lycéens 2005)



LEONORA MIANO, Contours du jour qui vient
(Prix Goncourt des Lycéens 2006)


PHILIPPE CLAUDEL,
Le rapport de Brodeck
(Prix Goncourt des Lycéens 2007)

Liens