Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 05:37
« En chacun la voix du souffleur murmure en sourdine, incognito - voix apocryphe qui peut apporter des nouvelles insoupçonnées du monde, des autres et de soi-même, pour peu qu'on tende l'oreille.

Ecrire, c'est descendre dans la fosse du souffleur pour apprendre à écouter la langue respirer là où elle se tait, entre les mots, autour des mots, parfois au coeur des mots.»

(Ouverture)



A découvrir en vidéo :
des montages de couvertures imaginaires et de lectures orales
du roman de Sylvie Germain
Magnus.

















Ce silence n'est ni pur ni paisible ,

une rumeur y chuchote tout bas

[ ... ]
un vent de voix ,
une polyphonie de souffles
.


link

[Cf  la fin du livre quand Magnus se retrouve avec Frère Jean dans la forêt

et qu'il doit entendre le son d' une feuille qui tombe au sol ... Le silence . ]


(Laura)


Repost 0
Published by Immédiatement Contemporain - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 10:55
« Il ne fuit plus,
il part au-devant de son nom
qui toujours le précède »

(Fragment 29)














pour découvrir un diaporama
autour de la reconstruction
dans le roman Magnus de Sylvie Germain

avec des contributions de
Fanny, Juliette, Constance, Méline,
Logan, Charlotte, Youna, Denis,
Rachelle, Justine, Zoé, Louise,
Marianne, Sophie, Marie, Claire,
Marion, Boris, Julia, Paul,
Mathilde, Antoine, Schubert, Yannick,
Juan Rulfo, Lucie, Sandrine, Marine,
Jim Morrisson, Damien Rice, Morgane, Emmanuel,
Cécile, Avril, Dietrich Bonhoeffer, Fiona,
Laura, Saint-John Perse

...




Thésée et le Minotaure dans le Labyrinthe

 

 




"Ici commence l'histoire d'un homme qui ..."




Fulguration de Laura

Repost 0
Published by Immédiatement Contemporain - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article
7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 11:26

 

 

 

"Juste ce souffle montant avec lenteur, avec ampleur, des profondeurs du corps concentré à l'extrême non sur lui-même, mais sur l'oubli de soi - sur une excavation, un évidement de soi. Et ce souffle s'affine, il s'allège, il est doux et pénétrant comme le son d'un hautbois. Un soupir de lumière s'échappant de l'obscurité, un sourire vocal tintant discrètement dans l'air. une exhalaison de silence."



SYLVIE GERMAIN, Magnus, Fragment 0, Folio Gallimard, p.254-257

 

 

 

 

 




pour accéder à un diaporama
autour d'un extrait du roman de Sylvie Germain

sur l'initiation de Magnus par Frère Jean


avec la participation de

Julia, Youna, Margot, Corentin,
Marion, la Bible, Giotto, Soulages,
J. Chevalier et A Gheerbrant, Célia Ricard,
Nolwenn, Klimt, Baudelaire,
José de Ribeira, Philippe de Champaigne,
Laura, Depeche Mode, Anaelle,
Méline, Fiona
...




Couverture imaginaire de Nolwenn




La Nature est un temple où de vivants piliers

Laissent parfois sortir de confuses paroles ;

L'homme y passe à travers des forêts de symboles

Qui l'observent avec des regards familiers.


 

CHARLES BAUDELAIRE

Correspondances – Les Fleurs du Mal  (1857)




La rencontre d'Elie et de Dieu 1ère partie



La rencontre d'Elie et de Dieu 2ème partie





La plénitude se serait suicidée dans une giboulée de rêve.






Depeche Mode - Enjoy the silence

Repost 0
Published by Immédiatement Contemporain - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 10:40

« Une esquisse de portrait, un récit en désordre, ponctué de blancs, de trous, scandé d’échos, et à la fin s'effrangeant. » (Ouverture)













pour découvrir un diaporama
autour de la déconstruction
dans le roman Magnus de Sylvie Germain

avec des productions de
Lucie, Adriana, Emmanuel,
Rachelle, Logan, Claire,
Sandrine, Justine, Pauline,
Fanny, Baptiste, Julien,
Anaelle, Lisa, Florian,
Clara, Yu, Thibaut

...




Des milliers d'images,

un grand vide.

Il est inconnu à lui même.

Le doute se déplie,

s'étend à tout son être,

le ronge.


Réécriture par Adriana


Repost 0
Published by Immédiatement Contemporain - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article
31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 00:40
 


Fragments enfantins.


Bonheur maquillé de noir ensanglanté.


"Une douceur qui pue la mort."

Mémoire incendiée.

Danser avec la mort.


L'inconnue maternelle.

May.

Des voix.




La polyphonie fantomèsque.

Recommencement mortuaire.
Repost 0
Published by Claire - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 07:32


Pedro, est un chien de petite taille, au doux pelage, marron, noir et blanc légèrement encrassé sur le ventre. Le marron est étrangement symétrique sur la tête. Il dégage une odeur de chair.
 Ses oreilles sont molles et cousues au niveau des tempes. Elles sont marrons auburnes et leurs bouts sont arqués de noir. Elles sont intactes. Ses pattes sont moelleuses et remplies de petites billes chinoises. Celle de gauche a un léger trou qui laisse parfois s'échapper quelques billes transparentes. Sa queue est moitié blanche et moitié marron. Elle tombe toujours du côté gauche. Son gros museau est constitué d'un ovale de cuir qui lui donne un aspect brillant, humide. Ses yeux sont uniques, imenses et monstrueux qui lui donnent un regard fatigué avec les paupières à demi fermées. Il porte un message d'amour sur son ventre. L'encre du crayon s'est effacé et on devine mal ce qui est écrit. Elle a d'ailleurs sali son ventre désormais noirâtre.




MARIE

-----------------------------------------------------------------------------------------



Bob est une éponge de taille moyenne, à la texture douce, jaune vif, légèrement entaillée sur le haut de la tête. Il émane de lui une forte odeur de renfermé.
Ses vêtements ont été confectionnés dans une usine textile, taillés dans des étoffes chinoises. Des mains d'une Taiwanaise, ils ont été cousus avec une rapidité à la chaîne. Sa cravate rouge en velours reflète une certaine classe sur son torse épongeux. Son short noir arbore sur son bassin une envie de croire dans la régularité de son mode de vie. On s'attend à trouver un beau chapeau sur le haut de son crâne, pour clore sa tenue. Des lunettes carrées noires lui trônent sur le nez, quelques tâches rousses pixellisent ses pommettes.
Bob ne se déplace jamais sans son paté au crabe, spécialité du chef cuisinier de Bikini-Bottom, son lieu de résidence.




Mon Bob L'éponge est comme ça... Pas le vrai O.o


*


CHARLOTTE

Repost 0
Published by Marie - Charlotte - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 01:56



 

 

"Il entend le mugissement d'un orgue colossal, d'assourdissants coups de cymbales, le vrombissement de millions de tambours. Un orchestre fou joue dans le ciel, il joue avec des instruments d'acier, de feu. Son tumulte s'engouffre jusque dessous la terre, qui tremble et hurle. (...)


Il la regarde, la regarde se consumer, se calciner. Il la regarde, yeux grands ouverts, s'effacer de sa vue, s'effacer de sa vie. Yeux grands ouverts, grands aveugles, il la regarde, la regarde..."



SYLVIE GERMAIN, Magnus, Folio Gallimard, p.88-90

 

 

 

 

 




pour accéder à un diaporama
autour d'un extrait du roman de Sylvie Germain
sur les "visions sonores" de Magnus à Comala.

avec la participation de
Munch, Dix, Picasso, Pollock,
Avril, Claire, Coppola,
Rimbaud, Sebald, la Bible,
Drolling, Pasolini, Fiona
...





PICASSO - Guernica (1937)





JACKSON POLLOCK - Number 8 (1952)




FRANCIS FORD COPPOLA - Apocalypse Now (1979)






PIER PAOLO PASOLINI - Oedipe Roi (1967)




BARBARE

Bien après les jours et les saisons, et les êtres et les pays,
Le pavillon en viande saignante sur la soie des mers et des fleurs arctiques ; (elles n'existent pas.)
Remis des vieilles fanfares d'héroïsme - qui nous attaquent encore le cœur et la tête - loin des anciens assassins -
Oh ! Le pavillon en viande saignante sur la soie des mers et des fleurs arctiques ; (elles n'existent pas.)
Douceurs !
Les brasiers, pleuvant aux rafales de givre, - Douceurs ! - les feux à la pluie du vent de diamants jetée par le cœur terrestre éternellement carbonisé pour nous.
- O monde ! -
(Loin des vieilles retraites et des vieilles flammes, qu'on entend, qu'on sent,)
Les brasiers et les écumes. La musique, virement des gouffres et choc des glaçons aux astres.
O Douceurs, ô monde, ô musique ! Et là, les formes, les sueurs, les chevelures et les yeux, flottant. Et les larmes blanches, bouillantes, - ô douceurs ! - et la voix féminine arrivée au fond des volcans et des grottes arctiques.
Le pavillon...



ARTHUR RIMBAUD - Illuminations (1886)





Repost 0
Published by Immédiatement Contemporain - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 03:44



 


"Il porte enroulé autour du cou un carré de coton
brodé à son nom en grosses lettres bariolées.
M grenat, A rose, G violet, N orange, U bleu nuit et S jaune safran.
Mais ces lettres ont perdu de leur éclat,
les fils sont encrassés et le coton a jauni."

SYLVIE GERMAIN, Magnus, Folio Gallimard, p. 18






pour accéder à un diaporama
autour d'un extrait du roman de Sylvie Germain
sur l'ourson Magnus.

avec la participation de
Balzac, Ponge, Marine,
Anne, Solenne, Charlotte,
Robin, Winnicott, Pauline,
Baudelaire,
Rimbaud, Fabio, Cristiana,
Domenici, Eleonora, Munch, Fiona
...


Pauline - Couverture imaginaire du roman







MUNCH - Le cri (1893)

Repost 0
Published by Collectif - Brest - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 01:03

... cette terrifiante situation d'autodestruction consentante l'inspira d'une triste ironie et elle lui donna Tango à écouter, elle lui donna leur relation devenue douleur à écouter, cela acheva son coeur et son corps, mais laissant son âme encore plus déterminée dans sa quête du Destin .

 

Notule

Mes larmes coulent à la plaine
Tant leur amour est grand
Certains disent que parfois
Les larmes coulent du sang

C'est le mien, mon amour
Et c'est pour toi qu'il coule
Qu'il coulera toujours
Dans mes yeux des torrents

Parfois, tu verras lune
Eclairer les baisers
De celui que tu aimes
Que tu croiras aimer

Il sera dans tes bras
Et moi, je serai là
Comme un loup blessé
Qui ne peut plus se battre
Mais se bat encore

Car l'amour, c'est la mort
Et t'aimer, c'est saigner
Saigner de tout son corps
Oui, l'amour c'est la mort
Oui, l'amour c'est la mort
Et toi, ça te fait rire
De voir qu'il n'en est qu'un
Qui pourra s'en sortir

Mon sang dans la rivière
Dis, sais-tu où va-t-il ?
Il se perdra sans doute
Dans de tristes estuaires

Dans ma triste complainte
J'imagine soudain
Que tu passes par là
Que tu me prends la main

Pour danser sous la lune
En souvenir du temps
Où nous étions enfants
Où nous étions nous-mêmes

Mais il n'y a que moi
Que moi et mes sanglots
Et la lune est la seule
A danser le tango

Car l'amour, c'est la mort
Et t'aimer, c'est saigner
Saigner de tout son corps
Oui, l'amour c'est la mort
Et toi, ça te fait rire
Comme un empereur triste
Qui voyant son empire
Se dit qu'il n'a plus rien
Plus rien à conquérir

Tu sais, j'ai fait le deuil
De nous deux et de toi
Mais si nous deux c'est mort
Alors c'est mort pour moi

Dans ma main, ce couteau
Cette entaille au poignet
Ressemble à ton sourire
Qui me dit qu'il faut partir

Je ne sens plus mon être
Et la douleur s'en va
Adieu, mon assassine
Adieu, pauvre de moi

Je danse avec l'amour
Je danse avec la mort
Et je crie à la nuit
S'il te plaît, reviens-moi

Et je danse mon amour
Et je chante à la mort
Cette chanson d'amour
Cette chanson pour toi

Cette chanson pour toi

 

 Tango de Damien Saez


 

 

Repost 0
Published by Logan - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 00:59

 

NOTULES



Lu est un ourson de petite taille , au pelage doux, plutôt roux, aux reflets dorés par endroits.


 

Il en ressort une légère odeur de gingembre. Ses oreilles ont été confectionnées en deux petits ronds de laine rouge. De la cerise, ils ont  la teinte rougeâtre, acide et vif. L'une est intacte, l'autre à moitié grignotée de ma bouche. Ses pattes sont garnies de cette même laine. Son museau est un petit bout de plastique noir. Il lui manque un œil , l'autre est une petite bille bleue. Il a dans son ventre une entaille, et quand on met la main dedans , on y trouve un petit pendentif en or , avec gravée Lu , en lettres manuscrites...

 

 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 


Arthur est un ourson de grande taille, au pelage assez épais, noir légèrement scintillant par endroits. Il émane de lui une discrète sensation de chaleur.

     Ses pattes, ont été confectionnées dans une perfection pour ses coutures souples où l'on a soigneusement rattaché ces deux rondelles à ses extrémités. De la laine, elles ont la pâleur beigeâtre, l'aspect doux et reposant. L'une est intacte, l'autre à moitié effilochée avec l'usure. Un ovale taillé dans le même morceau de laine forme un museau placé sur son visage. Le bout de ce museau, est constitué de brins de tissu noir cousus serré, en forme de boule.

Ses yeux sont globuleux, ils ont une forme commode mais la teinte brun rougeâtre d'une châtaigne, ce qui lui donne un regard fou et étonné.

         Il porte enroulé autour du coup un nœud roussi en forme ruban à cadeau.


 

 

Source - image

 

 

Repost 0
Published by Solenne - dans Sylvie GERMAIN
commenter cet article

Accueil

Ce blog est un espace de lecture, d'écriture, de création,
autour des romans ayant obtenu le Prix Goncourt des Lycéens ces dernières années.

Il est l'oeuvre des élèves de différentes classes de l'Académie de Rennes
engagés dans l'étude d'un roman d'aujourd'hui :

http://blogs.mollat.com/litterature/files/sylvie-germain.jpg
SYLVIE GERMAIN, Magnus
(Prix Goncourt des Lycéens 2005)



LEONORA MIANO, Contours du jour qui vient
(Prix Goncourt des Lycéens 2006)


PHILIPPE CLAUDEL,
Le rapport de Brodeck
(Prix Goncourt des Lycéens 2007)

Liens